Vous lisez
La Trame Verte & Bleue

La Trame Verte & Bleue

Le sommet de la Terre à Rio en juin 1992 a permis l’adoption de la Convention sur la diversité biologique (CDB), qui marque la convergence des enjeux du développement durable et de la biodiversité en reconnaissant la protection de la biodiversité comme “préoccupation commune à l’humanité” et en devenant le cadre des stratégies nationales en faveur de la biodiversité.

Apparue officiellement en 2007, cette appellation issue du Grenelle de l’environnement décrit le travail réalisé pour maintenir la biodiversité.
Et il y a urgence à agir…

La Trame Verte et Bleue

En France, la Trame Verte et Bleue désigne officiellement depuis 2007 un des grands projets nationaux français issus du Grenelle de l’Environnement. Elle est constituée de l’ensemble du maillage des corridors biologiques, des “réservoirs de biodiversité”, les aires protégées sont essentielles à ces continuités. La Trame Verte et Bleue (ou TVB) est un outil de préservation et de renforcement de la biodiversité.

Son objectif

L’objectif de la TVB est d’enrayer l’érosion de la biodiversité en restaurant les liens entre les espèces, leurs milieux et nous, les Hommes. La vague massive d’extinction d’espèces à laquelle nous assistons est sans précédent dans l’histoire humaine ; partout la nature décline, y compris dans le Béarn. Cette nature en déclin est une menace directe pour notre société, car nous sommes extrêmement dépendants des écosystèmes dans lesquels nous vivons, les services qu’ils nous rendent sont nombreux et irremplaçables : alimentation, médicaments, ressources naturelles, loisirs… (on parle de services écosystémiques). Il y a donc urgence à agir !

La principale menace qui pèse sur la biodiversité est la destruction et la fragmentation des milieux naturels causées par nos modes de vie (étalement urbain, routes, pollutions lumineuses…). Plus un territoire présente des milieux naturels fragmentés, plus sa
biodiversité est menacée.

L’objectif d’une Trame Verte et Bleue est donc de concevoir notre aménagement du territoire en préservant et restaurant des espaces de nature reliés entre eux (parcs et jardin, potagers urbains, espaces naturels…). Sur l’agglomération paloise, la forêt de Bastard, l’Ousse des bois, les rives du Gave, mais aussi tous les parcs publics et le parc de l’Université participent ainsi à cette TVB.

Sur notre territoire, cet outil porté par la Communauté d’Agglomération Pau Béarn Pyrénées, est relayé par un collectif d’une trentaine d’associations et de partenaires institutionnels, qui permettent de prendre en compte ces enjeux dans les documents d’urbanisme, dans l’aménagement d’espaces de nature en ville et dans la sensibilisation du public. Si l’État et les collectivités territoriales ont un rôle important à jouer, la TVB doit compter sur la participation de tous. Quand on sait que 40 % des terres artificialisées le sont pour le logement et que 85% du foncier de l’agglomération de Pau est privé, on comprend que chacun doit contribuer à la préservation et à la restauration des continuités écologiques.

Nature en ville

Faire revenir le maximum de nature en ville, aménager des percées dans son mur de clôture, ne pas éclairer son jardin la nuit, planter une haie variée, espacer les fréquences de tonte, laisser un tas de branches au fond du jardin, sont autant de gestes qui permettent le déplacement ou l’installation des espèces qui font la richesse et la force de nos écosystèmes.

Faire vivre la Trame Verte et Bleue c’est renforcer les écosystèmes locaux sur lesquels repose notre qualité de vie, nous sommes donc tous concernés !

Pour en savoir plus :
www.trameverteetbleue.fr
Contributeur : Thomas Contamine, Chargé de mission Trame Verte et Bleue – Direction Qualité du Cadre de Vie et Nature en Ville.

 

LE SAVIEZ VOUS ?

      • Selon l’indice Planète vivante (IPV) dévoilé le 9 septembre (l’outil de référence publié tous les deux ans par le Fonds mondial pour la nature, WWF), 1 million d’espèces – animaux, plantes et insectes – sont menacées d’extinction dans les décennies et siècles à venir. Entre 1970 et 2016, 68 % de la population d’animaux sauvages a disparu de la surface du globe.
      •  Selon la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), inventaire de référence actualisé chaque année, 19 817 espèces s’avèrent menacées dans le monde, sur les 63 837 que l’organisme a passées en revue : 3 947 sont classées dans une situation critique, 5 766 comme en danger et 10 104 comme vulnérables. Dans le détail, 41 % des espèces amphibies, 33 % des barrières de corail, 25 % des mammifères, 20 % des plantes et 13 % des oiseaux sont menacés.

        L’UICN est une organisation internationale, non gouvernementale, qui apporte au Comité du patrimoine mondial des avis techniques indépendants sur le patrimoine naturel.

www.lemonde.fr
whc.unesco.org

 

INITIATIVE LOCALE : Participez au défi Biodiv’ et préservez la biodiversité en ville !

C’est une première, les défis familles s’ouvrent maintenant au sujet de la biodiversité en ville!

Après les Défis Energie Positive et Zéro Déchet, participez cette année au Défi Biodiv’ de février à mai 2021. Faites de votre jardin, votre balcon, votre quartier un endroit riche en biodiversité. En partenariat avec la ville de Pau, l’association Ecocène recherche 20 foyers prêts à s’engager pour rendre la nature en ville plus visible dans les quartiers et favoriser ainsi la biodiversité ordinaire. En effet, les parcs et espaces publics sont souvent définis comme les poumons verts des villes qui abritent une grande biodiversité. Malheureusement, le tissu urbain et l’artificialisation qui gravitent autour rendent difficile le déplacement et la diversification de la biodiversité dans les villes. 

Seul, en couple, en familles ou entre amis, que vous soyez propriétaires ou locataires, que vous ayez un jardin, une terrasse, un balcon, ou simplement un appui de fenêtre, rejoignez cette aventure collective pour une expérience unique et collective, dans une ambiance conviviale.
Faites de votre extérieur un endroit agréable, bénéfique à votre santé et à notre environnement ! Pour vous aider, un passeport d’informations, mais aussi des visites de jardins, ateliers pratiques, moments d’échanges conviviaux, etc.

Un objectif commun : laissons de la place pour que la nature s’exprime davantage dans notre ville !

Les inscriptions sont ouvertes à tous les habitants de Pau jusqu’au 31 janvier 2021.
Alors n’attendez plus ! Contactez-nous par au 05 59 32 12 36 ou par mail defibiodiv@ecocene.fr

 

INITIATIVE LOCALE : La ferme urbaine Terra Preta

La Coopérative Ceinture Verte Pays de Béarn avance à grands pas et s’impose comme un projet innovant au service de la relocalisation de l’alimentation.

Créée en avril 2020, la coopérative connaît ses premiers succès ! Cinq maraîchers originaires de Pau et de Gironde ont déjà été recrutés pour s’installer sur l’agglomération. Deux installations, en cours sur des terrains situés sur les communes de Meillon et de Rontignon, seront opérationnelles à l’automne. Un troisième site devrait être équipé d’ici la fin de l’année.

La Ceinture Verte propose un service “clé en main” qui comprend pour chaque maraîcher un terrain de 2 ha équipé de serres, d’un réseau d’irrigation et d’un bâtiment agricole.

Réservée à des maraîchers expérimentés, ce dispositif leur permet de se concentrer sur la mise en place de leur production et de leur commercialisation sans se soucier de la recherche de terrains et des investissements à réaliser.

L’offre de services de la Ceinture Verte comporte également un accompagnement technico-économique qui permet aux maraîchers de ne pas rester isolés dans les choix et les aléas de production. En contrepartie, le maraîcher s’acquitte d’une cotisation mensuelle.

Engagée en faveur d’une agriculture nourricière et des circuits courts, la Communauté d’Agglomération de Pau soutient activement le développement de ce projet novateur et ambitieux. L’objectif est de proposer chaque année une dizaine d’installations et d’atteindre 100 exploitations en maraîchage certifié agriculture biologique d’ici 7 ans. La production réalisée sur ces 200 ha permettra de répondre à 10 % de la consommation en légumes de l’approvisionnement de Pau (1).

Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC), la Ceinture Verte Pays de Béarn réunit l’Agglomération, des partenaires agricoles tels que la Chambre d’Agriculture, le lycée agricole de Montardon ou la couveuse agricole SAS-Graines, et des investisseurs privés…tous désireux de s’engager en faveur de circuits courts alimentaires et d’une production locale de qualité. Comme Pau, Valence-Romans Agglomération dans la Drôme s’est également lancée dans ce mouvement…. appelé à se développer dans d’autres agglomérations.

 

 

ÇA SE PASSE DANS LE MONDE

48 espèces d’oiseaux sauvées dans le monde

See Also

Les mesures prises dans le cadre de la Convention sur la diversité biologique des Nations unies n’ont pas été vaines. Jusqu’à 48 espèces d’oiseaux et de mammifères auraient évité l’extinction, révèle une nouvelle étude. Les efforts de préservation de la biodiversité ont permis de sauver de l’extinction 48 espèces d’oiseaux et de mammifères depuis 1993, quand la Convention sur la diversité biologique (CDB) des Nations unies est entrée en vigueur. C’est ce que révèle une étude parue le 9 septembre dans Conservation Letters. 

Des condors conquérants

En 1982, il ne restait que 25 condors qui ont été mis en sécurité dans un zoo de Los Angeles comme l’indique le Los Angeles Times. Depuis 1967, le condor fait partie des espèces en voie de disparition. En dévorant les carcasses d’animaux morts chassés, les rapaces se sont intoxiqués avec les fragments de plombs provenant des munitions utilisées par les chasseurs. Les efforts de préservation portent leur fruit avec une réintroduction dès 1992.Pour la première fois depuis 50 ans le condor de Californie aurait été aperçu en juillet 2020 dans le parc de Séquoia Lodge. “Il a fallu des décennies pour que la population de condors de Californie se reconstitue au point qu’on les retrouve aujourd’hui dans des endroits éloignés du lieu où ils ont été réintroduits”, souligne Tyler Coleman, biologiste aux parcs nationaux de Sequoia et de Kings Canyon, dans les colonnes du Los Angeles Times.

La Grande Muraille Verte 

La désertification est un problème majeur pour l’Afrique. Afin de stopper l’avancée du désert un projet d’envergure a été décidé par l’Union africaine en 2007. Créer une grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel, afin de reboiser les terres arides sur 7 800 km de long et 15 km de large, à travers l’Afrique du Nord, le Sahel et la Corne de l’Afrique. Ce programme doit apporter un début de réponse au problème du changement climatique, la désertification, la famine et la pauvreté. Ce mur d’arbres retiendra le désert et permettra aux habitants de cultiver leurs terres.

 

ET MOI JE FAIS QUOI ?

1 > Je respecte le rythme de la nature

Ne jamais déranger un nid pour préserver la survie des petits. Laisser les animaux sauvages gérer leur alimentation naturelle. Ne pas déséquilibrer l’environnement naturel en ramassant des plantes ou en en introduisant d’autres.

2 > Je limite le recours aux produits phytosanitaires

Pesticides, insecticides, engrais ou encore désherbants sont les pires ennemis de la biodiversité. Ils polluent les nappes phréatiques et détruisent la petite faune. Il existe des alternatives (désherbage thermique, binage, utilisation des insectes pour la lutte biologique, paillage).

3 > Je limite ma consommation d’eau pour mon jardin

Apprendre à accepter une herbe “moins verte”, et pourquoi pas collecter l’eau de pluie pour assurer l’arrosage de votre jardin.

4> J’utilise le paillage

Afin de conserver l’humidité dans les massifs, vous pouvez mettre en place un paillage (écorces…) qui limitera l’apparition d’herbes spontanées et protégera du froid.

5 > Je consomme des fruits et légumes de saison

Consommer des fruits et des légumes de saison permet de protéger les écosystèmes et limite la consommation en énergies fossiles. De plus, chaque saison a ses fruits et légumes réapprenons à les découvrir pour mieux les consommer.

6 > Je mets en place un compost

Réduisez vos déchets en vous dotant d’un compost (déchets verts, épluchures, restes de fruits et légumes…). Chaque famille peut ainsi réduire de 20 à 30% ses déchets tout en réalisant un amendement naturel pour le jardin. Cette action est possible dans un jardin (composteur) mais également sur un balcon ou une terrasse (lombricomposteur).

7 > Je laisse un coin de jardin en friche

Laissez la nature vivre à son rythme dans un coin de votre jardin, sans intervention humaine. Vous pouvez l’entretenir une à deux fois par an en laissant les herbes coupées sur le sol pour que la petite faune (insectes, oiseaux, petits rongeurs) investisse les lieux.

© Tout Horizon 2021. Tous droits réservés
Réalisation : CréaSud Communication.